Phalaenopsis hybride

Phalaenopsis hybride

Le genre Phalaenopsis ou orchidée papillon est l’une des orchidées les plus connues et les plus cultivées. Le premier Phalaenopsis a été décrit en 1750: amboinensis Phalaenopsis.

Il connaît un très grand succès en tant que plante d’intérieur en raison de la facilité avec laquelle il peut être cultivé ainsi que sa très belle et longue floraison. Il y a tellement d’hybrides qu’ils sont souvent commercialisés sans nom.

Elle fait partie de la famille des Orchidaceae, sous-famille Epidendroideae, tribu Vandeae, sous-tribu Aeridinae, genre Phalaenopsis.

Espèces:

Description:

La plupart des espèces sont épiphytes, quelques unes sont lithophytes.

Phalaenopsis est monopodial: la croissance a lieu à partir d’un seul node. La tige est formée par le pétiole des feuilles. Les feuilles sont alternées, de forme ovale avec une extrémité arrondie et assez épaisses.

La plante produit une abondance racines charnues de couleur blanchâtre.

La hauteur varie de quelques centimètres à près de 1 mètre.

Toutes les espèces produisent des fleurs multiples sur une tige florale, minimum 3-4 fleurs, souvent plus. Les fleurs durent plusieurs semaines, la floraison 3 mois ou plus.

Distribution:

Principalement en Asie tropicale du sud de la Chine et l’est du Tibet à la Papouasie-Nouvelle-Guinée, avec la plus forte densité en Indonésie et aux Philippines.

Phalaenopsis distribution

Phalaenopsis distribution

Habitat:

Phalaenopsis vit principalement dans les forêts tropicales des plaines et des montagnes basses bien que la plupart des espèces du Nord (Phalaenopsis wilsonii par exemple) subissent en hiver des températures en dessous de zéro.



Étymologie:

Le nom vient du grec phalaina (papillon de nuit) et opsis (semblable).

Soins:

Température:

Température de jour idéale: 20-25 ° C
Température nocturne minimale: 16 ° C
Température diurne maximale: 32 ° C
Minimum: 6 ° C, mais perdra sa floraison et si exposé à long terme, la plante mourra

Lumière:

Beaucoup de lumière mais pas la lumière du soleil directe, par exemple à une fenêtre à l’est.

Trop de lumière du soleil fera jaunir les feuilles et pas assez de lumière rendra les feuilles vert foncé et fera tomber les fleurs.

Eau:

Préférez l’eau de pluie à température ambiante: l’eau du robinet contient trop de calcaire.

Ne versez pas dans le cœur de la plante mais sur le substrat et quand le substrat est sec: un arrosage trop abondant peut provoquer la pourriture de la plante.

Humidité:

Dans son habitat, Phalaenopsis bénéficie de 100% d’humidité de l’air, ce qui peut poser un problème à l’intérieur des maisons où l’hygrométrie est sensiblement moins élevée. Il vaut donc mieux le placer dans la cuisine, salle de bains ou dans une serre où l’humidité est généralement plus élevée.

Substrat:

Phalaenopsis est épiphyte: cela signifie qu’il n’est pas dans le sol mais sur les arbres et arbustes vivants et les racines ne sont pas recouvertes de terre.

Il est préférable de ne pas le planter dans du terreau ordinaire mais dans un substrat spécial pour orchidées, composé d’écorce, de tourbe et de perlite ou de pierre ponce.

Ce substrat modifié apporte le soutien nécessaire à la plante (pour qu’elle ne tombe pas), une bonne aération des racines et la rétention de l’eau d’arrosage.

Engrais:

Il faut impérativement utiliser un engrais liquide spécial pour orchidées 20-20-20.

Fertilisez régulièrement au cours de la saison de croissance parce que le substrat contient très peu de nutriments. Réduisez considérablement la fertilisation en hiver.

Rempotage:

Rempotez lorsque le substrat est digéré, en principe tous les deux ans.

Floraison:

Vous pouvez favoriser la floraison de la plante en la plaçant dans un endroit plus frais (12 °C)

Multiplication:

Semis:

Le semis n’est généralement pratiqué que par des cultivateurs professionnels car il est assez difficile et il faut 3-4 ans avant que la plante commence à fleurir. Le semis permet d’obtenir de nouveaux cultivars.

Clonage:

Pour cloner l’on prend un morceau de méristème (sommet de la plante où la croissance a lieu) et on cultive celui)ci in vitro jusqu’à ce qu’une plante adulte soit formée. Elle peut fleurir au bout de 2-3 ans. C’est un bon moyen pour obtenir des descendants identiques à la plante mère et c’est la technique utilisée à l’échelle industrielle. Encore une fois, c’est généralement trop long et difficile pour les amoureux des plantes.

Keiki:

Les keiki sont de petites plantes qui peuvent se produire à l’un des nœuds de la tige florale. Lorsque la plante est suffisamment développée et possède suffisamment de racines, on peut la séparer de la plante mère et empotez séparément. Ce n’est pas une technique d’élevage commercial mais c’est très facile pour les amateurs.

Sources des image:

  • Phalaenopsis hybride: Propre travail | CC BY 4.0
  • Phalaenopsis distribution: Koswac