Avocatier dans un pot auto-irrigant

Source: Propre travail

Avocatier dans un pot auto-irrigant

Dans cet article je vous explique comment fabriquer très facilement un pot auto-irrigant avec une bouteille en plastique ordinaire.

Inutile d’être doué pour le bricolage, vous recyclez des bouteilles en plastique ayant contenu une boisson et vous avez peut-être un bout de corde ou ruban en nylon qui traîne quelque part dans un placard ou tiroir.

Arroser, c’est souvent deviner:

  • vous ne savez pas combien d’eau votre plante requiert: tout le monde n’est pas un fanatique des plantes qui connaît des centaines de plantes, peut les nommer et retenir leurs conditions de culture.
  • la couche superficielle est peut-être sèche mais plus bas le terreau peut être humide et les racines risquent de pourrir
  • un jour il fait très chaud, la semaine prochaine plus frais: les plantes ont besoin de plus ou moins d’eau en fonction de la météo

En bref, on y va souvent à pif car il est difficile de juger s’il faut arroser ou non.

C’est joli?

Non, pas du tout. Le pot est d’une laideur épouvantable. Mais vous pouvez l’habiller d’une feuille de papier ou une natte.

Ce qui, en prime, évitera la croissance d’algues dans le réservoir d’eau.

Ça convient à toutes les plantes?

Oui, aussi bien aux plantes qui nécessitent très peu d’eau qu’aux plantes qui doivent être dans un substrat humide en permanence. Pourquoi? Parce que la plante aspire l’eau dont elle a besoin.

Non, pas pour toutes les tailles de plante: une bouteille en plastique n’est pas très grande et quand la plante grandit trop, la bouteille risque de se renverser au moindre coup ou souffle d’air.

Un pot auto-irrigant en plastique convient particulièrement aux semis et boutures, en attendant de les planter au jardin ou dans un plus grand pot.

Avantages de l’auto-irrigation:

  • Apport régulier d’eau: donc moins de risque de dessèchement (sauf si vous oubliez de remplir le réservoir quand il est vide)
  • Arrosages moins fréquents: maximum 1 fois par semaine, souvent 1 fois par mois, dépendant de l’espèce, sa taille…
  • Convient à tous types de plantes, des cactus et plantes grasses aux plantes de marais. Les cactus et plantes grasses poussent d’ailleurs nettement mieux avec un apport régulier d’eau.
  • Pour culture en terre ou hydroculture: le type de substrat importe peu car la mèche amène l’eau jusqu’aux racines. Pour l’hydroculture, il faut ajouter de l’engrais spécialisé pour hydroculture à chaque arrosage.

Inconvénients de l’auto-irrigation en bouteille en plastique:

Algues:

Les bouteilles en plastique étant généralement transparents, des algues peuvent apparaître dans le réservoir. On peut y remédier en entourant la bouteille d’un manchon de papier noir. Pour une installation temporaire ce n’est pas très grave: je nettoye le réservoir à chaque arrosage.

Archi-laid:

Bien sûr, ce n’est pas un pot auquel on donne une place de choix au salon, sauf si on l’habille. Mais comme il convient principalement aux plantules et boutures, il ne dérange pas trop sur l’appuie de fenêtre de la cuisine ou d’une autre pièce.



Comment faut-il arroser?

On soulève le pot contenant la plante et on remplit d’eau jusqu’en-dessous du bouchon.

La première fois ou si, malgré tout, on a quand-même oublié d’arroser, on arrose un peu par le dessus pour humidifier le substrat et la mèche.

Matériel nécessaire:

  • une bouteille en plastique ayant contenu une boisson: elles conviennent à un usage alimentaire et sont donc sans danger pour cultiver des fruits et légumes.
  • un couteau Stanley
  • un bout de corde ou ruban en nylon (car imputrescible)
  • du substrat: terreau, fibre de coco, billes d’argile expansées…

Procédure:

Couper une bouteille en plastique en 2 avec un couteau Stanley ou des ciseaux.

Le fond de la bouteille sera le réservoir d’eau.

La partie supérieure avec le goulot contiendra le substrat et la plante.

Pot auto-irrigant

Source: Propre travail

Entailler le bouchon au couteau Stanley en formant une croix.

Coupez un morceau de mèche de façon à ce que celle-ci atteigne le fond du réservoir et les racines dans la partie du haut.

Pot auto-irrigant 2

Source: Propre travail

Faire passer la mèche par l’entaille dans le bouchon.

Pot auto-irrigant 3

Source: Propre travail

Revisser le bouchon contenant la mèche sur le goulot.

Le bouchon empêche le substrat de filtrer dans le réservoir d’eau mais il n’est pas indispensable.

Pot auto-irrigant 4

Source: Propre travail

Remplir le pot de substrat (terreau, fibres de coco, graines d’argile expansées…)

Pot auto-irrigant 5

Source: Propre travail

Mettre la plante en place et remplir le pot de substrat.

Pot auto-irrigant 6

Source: Propre travail

Voilà, la plante est prête.

Pot auto-irrigant 7

Source: Propre travail

Placer le pot contenant la plante dans le réservoir.

Pot auto-irrigant 8

Source: Propre travail

Voici à quoi ça ressemble une fois monté.

Pour arroser, on soulève le pot contenant la plante et on remplit le réservoir jusque juste en dessous du bouchon.

La première fois on arrose d’abord par le haut pour humidifier le substrat et la mèche. Ensuite, l’eau monte par capillarité.

Pot auto-irrigant 9

Source: Propre travail


Vous aimerez aussi: