TerreL’hydroculture ou culture hydroponique est écologique, on lit et entend ça partout.

Perso, ça me dérange énormément. Pourquoi? Parce que cette affirmation est exploitée par le marketing pour nous inciter à acheter.

Les plantes elles-mêmes sont sans aucun doute bio (pas de pesticides, mais vous pouvez aussi réaliser ça avec la culture en terre) mais la technique de culture elle-même est tout sauf écologique.

C’est le lancement d’une nouvelle gamme de produits pour hydroculture par Ikea qui m’incite à écrire cet article.

Prétendre que l’hydroculture est écologique, est tout simplement un leurre. C’est une simple stratégie de marketing qui réagit à la tendance à vivre écolo et bio. Mais si on étudie un peu le sujet, on constate que l’hydroculture n’est pas aussi écologique qu’on le prétend.

Le principe de fonctionnement de la culture hydroponique est bien écologique:

  • il faut 70-90% moins d’eau que pour la culture en pleine terre
  • nécessite moins de pesticides
  • le rendement est plus élevé que dans la culture du sol
  • plusieurs substrats sont des déchets ou obtenus à partir de ressources renouvelables: billes d’argile, tourbe de coco

Mais vous avez besoin d’un minimum de matériel:

  • l’engrais doit être fabriqué, emballé dans du plastique et transporté vers le magasin… on peut difficilement considérer ça comme écologique
  • le substrat doit être acheté: le substrat lui-même peut être écologique, l’emballage et le transport ne le sont pas

Et il peut être nécessaire d’acheter du matériel supplémentaire:

  • les lampes de croissance ne sont pas écologiques (elles contiennent des métaux lourds), elles consomment de l’électricité rarement produite de façon écologique. Vous me direz que vous utilisez un panneau solaire. D’accord, vous avez alors accès à une source d’énergie verte mais le panneau solaire lui-même n’est pas écologique.
  • chauffage: pas de commentaire, peu de systèmes de chauffage sont écologiques
  • pompe: dans les systèmes dynamiques où à circulation, la solution nutritive est amenée mécaniquement auprès des racines de la plante, il faut donc une pompe. Celle-ci est composé de plastique et de métal, doit être fabriquée, puis transportée vers le magasin.
  • testeurs pour la conductivité électrique et le pH: dans de grands conteneurs, il faut régulièrement mesurer la conductance et le degré d’acidité ou pH. Les testeurs sont en plastique et en métal, la fabrication et le transport vers le magasin ne sont pas écologiques.

Mais l’hydroculture n’est donc pas écologique?

Si l’hydroculture est ou non respectueuse de l’environnement, dépend principalement de l’échelle à laquelle on l’applique.

L’hydroculture en horticulture industrielle est moins polluante que l’horticulture traditionnelle en terre mais il est faux de penser qu’il n’y a absolument aucun impact environnemental.

Dans l’hydroculture en horticulture industrielle où on cultive environ 100.000 plantes sur une superficie de 1 hectare, l’impact polluant sur l’environnement (à travers les produits et matériaux nécessaires ainsi que la consommation d’électricité, de carburant pour les transports…) est nettement moindre par plante que pour l’hydroculture sur une petite échelle.

L’hydroculture à grande échelle est également moins polluante que lorsqu’on cultive quelques plantes à la maison:

  • l’emballage pour l’engrais (plastique) est relativement plus grand pour de petites quantités d’engrais
  • 1 testeur EC/pH pour 100.000 plantes au lieu d’un testeur EC/pH pour 20 plantes à la maison
  • une lampe horticole pour 500 plantes au lieu de 20 plantes à la maison…

Conclusion:

L’hydroculture a toujours un effet polluant sur l’environnement, surtout indirectement par l’utilisation d’accessoires fabriqués à partir de matières polluantes, à travers le processus de fabrication de ces accessoires et du transport ainsi que la consommation d’énergie (électricité, carburant…).

L’effet polluant est relativement plus faible par plante avec de grands systèmes que pour de petites installations.

L’affirmation selon laquelle l’hydroculture pour cultiver des fruits et légumes à la maison est écologique est donc fausse, certainement quand on utilise des lampes horticoles, pompes et autres équipements sophistiqués.

Ce qui m’énerve, ce sont les messages marketing qui prétendent que vous pouvez cultiver des légumes, fruits et herbes aromatiques à la maison de façon écologique pour vous refiler un kit complet avec des lampes de croissance. Même si la plante sera bio, le matériel et la consommation d’énergie ne sont pas écologiques.

Et si vous voyez grand et souhaitez avoir un système à circulation, il vous faudra en plus une pompe, des testeurs CE et pH, des lampes horticoles plus puissantes… et ce sera alors encore plus polluant.

Si vous voulez vraiment jardiner de façon écologique, cultivez au jardin ou en pot avec du terreau et produisez-vous même votre engrais en compostant ou en allant chercher du fumier de cheval dans un centre équestre ou manège à proximité.

Pourquoi alors utiliser l’hydroculture à la maison?

Cultiver des plantes d’intérieur ou en terrasse dans un système simple d’hydroculture passive ou non-circulatoire est la façon la moins polluante de pratiquer l’hydroculture chez soi.

On utilise seulement un pot en plastique, porcelaine… qui peut être réutilisé, de l’engrais et l’eau du robinet.

Vous bénéficiez alors de tous les avantages de l’hydroculture, en particulier moins de pesticides parce qu’il y a moins de risque de parasites et de moisissures dans le substrat.

Perso, j’utilise principalement l’hydroculture pour des plantes ornementales car les plantes sont moins affectées par des parasites ou des moisissures et c’est facile à utiliser: la jauge indique exactement quand il faut arroser, pas besoin de deviner.

Pour les fruits, les légumes et les herbes à l’intérieur ou sur la terrasse, j’utilise rarement l’hydroculture. Certaines plantes ont du mal en hiver en raison du manque de lumière et je refuse d’acheter des lampes horticoles parce que je ne les trouve pas écologiques.

Je recycle souvent des bouteilles et récipients en plastique pour mes semis. Je dois les demander à ma famille car je n’achète presque jamais de boissons en bouteilles PET (la boisson elle-même est rarement bonne pour la santé et la bouteille n’est pas respectueuse de l’environnement). J’achète aussi rarement de la nourriture dans des pots en plastique, donc ceux là aussi je dois les mendier dans la famille.

Sources des image:

  • Terre: Propre travail

Vous aimerez aussi: