Philodendron bipinnatifidum

Philodendron bipinnatifidum

Vous le lisez un peu partout sur internet: les plantes d’intérieur sont dépolluantes et purifient l’air.

Et vous trouvez des plantes d’intérieur dépolluantes dans les centres de jardinage, les supermarchés et chez les fleuristes.

Mais les plantes purifient-elles réellement l’air ou est-ce un stratagème de marketing pour vous pousser à acheter?

Origine de l’histoire:

L’histoire semble avoir commencé avec une étude de la NASA: Interior Landscape Plants for Indoor Air Pollution Abatement door Wolverton, B. C., Johnson, Anne, Bounds, Keith (15 september1989)

La NASA voulait déterminer si les plantes peuvent aider à purifier l’air dans un système fermé, comme une station spatiale où les gens séjourneraient pour une longue durée.

On connaissait déjà le sick building syndrome ou syndrome des bâtiments malsains: dans un bâtiment à basse énergie, l’isolation est améliorée et le bâtiment est rendu aussi étanche à l’air que possible.

Dans ces bâtiments, la quantité d’air frais venant de l’extérieur est limitée, ce qui conduit à un certain nombre de symptômes: démangeaisons des yeux, éruptions cutanées, irritation et inflammation des voies respiratoires, maux de tête…

Comment ce test a-t-il été réalisé:

Le test a été réalisé dans des boîtes en plexiglas de 0,76 x 0,76 x 0,76 cm et de plus grandes boîtes de 0,76 x 0,76 x 1,53 m.

Les plantes ont été exposées à une seule dose de polluants et on a mesuré la concentration de polluants pendant 24 heures.

Quels polluants ont été mesurés:

Dans cet essai, on a mesuré les composés organiques volatils parce que ce sont les polluants intérieurs les plus courants: le benzène, le trichloréthylène et le formaldéhyde.

Quelles plantes ont été utilisées:

  • Gerbera jamesonii (gerbera)
  • Chrysanthemum morifolium (chrysanthème)
  • Hedera helix (lierre)
  • Dracaena marginata (dracaena)
  • Spatiphyllum « Mauna Loa » (spatiphyllum)
  • Sansevieria laurentii (langue de belle-mère)
  • Dracaena deremensis « Warneckei » (dracaena)
  • Chamaedorea seifritzii (palmier bambou)
  • Dracaena massangeana (dracaena)
  • Dracaena deremensis « Janet Craig » (dracaena).
  • Musa oriana (bananier)
  • Philodendron oxycardium (philodendron)
  • Philodendron domesticum (philodendron)
  • Chlorophytum elatum (plante araignée)
  • Scindapsus aureus (pothos doré)
  • Philodendron selloum (philodendron), maintenant appelé Philodendron bipinnatifidum
  • Aglaonema modestum (aglaonema)
  • Aloe vera

Et voilà, vous avez maintenant la liste de plantes dépolluantes citée sur de nombreux sites, peu importe si ces plantes ont bien presté dans ce test ou non.

Conclusions de cet expériment:

Les plantes elles-mêmes semblent n’avoir aucun effet purifiant, ce sont les micro-organismes vivant dans le sol qui éliminent les polluants.

Cela a été confirmé plus tard par d’autres études.

Ces micro-organismes deviennent plus efficaces avec le temps: ils semblent s’adapter et supprimer plus de polluants lors d’une exposition répétée.

Il faut également tenir compte du fait que le test a été effectué dans une boîte. On ne peut pas simplement extrapoler les résultats vers un espace plus grand.

Ce test n’a pas non plus déterminé le nombre de plantes nécessaire par mètre cube dont vous auriez besoin dans un véritable espace de vie.

Et enfin, les polluants ont été introduit en une seule dose dans la chambre, puis on a mesuré pendant 24 h la concentration du polluant. Dans une pièce, les polluants sont continuellement libérés dans l’air.



Autres tests:

Plusieurs autres expériments ont été réalisés mais toujours dans une boîte de petit volume et avec un nombre limité d’espèces de plantes.

Tous les tests montrent que les plantes elles-mêmes ne purifient pas ou très peu l’air, ce sont en réalité les micro-organismes qui vivent dans la terre qui purifient l’air.

Un test a été mené en Australie, où les effets de purification de l’air par les plantes a été mesurée dans les bâtiments réels: The potted-plant microcosm substantially reduces indoor air VOC pollution: I. Office field-study par Ronald A. Wood e.a. 28 février 2006.

Ici les tests ont été réalisés dans trois bâtiments différents: deux avec air conditionné et un avec ventilation naturelle. L’expérience a été menée en automne et en hiver et, par conséquent, les fenêtres étaient rarement ouvertes.

Les deux premiers bâtiments étaient situés dans le centre-ville, le troisième bâtiment juste à côté d’une autoroute.

Différents composés organiques volatils ont été mesurés puis totalisés dans les résultats.

Résultats de ce test:

  • dans tous les essais, la concentration de polluants dans les locaux restait supérieure à la concentration de polluants à l’extérieur, indépendemment du fait qu’il y avait des plantes ou non
  • l’effet de purification de l’air a augmenté avec le temps: plus les les micro-organismes sont exposés aux polluants, plus ils sont efficaces pour enlever ces polluants
  • les plantes avaient un effet significatif de purification seulement lorsque la concentration de polluants était supérieure à 100 ppb (parts per billion ou parties par millard). En deça, l’effet était nul ou insignifiant.
  • on n’a pas pu déterminer le nombres de plantes minimum nécessaire pour avoir un effet dépolluant: trois grandes plantes dans un pot de 9-10 litres ou 6 petites plantes dans un pot de 3 litres avaient à peu près le même effet

Conclusion:

Les plantes d’intérieur dépolluent-elles vraiment l’air: non, en fait ce sont les micro-organismes qui vivent dans le sol.

Les types de micro-organismes varient en fonction de l’espèce de plante et peuvent donc être plus ou moins efficaces avec divers polluants.

Cependant, l’effet de purification d’air est visible uniquement lorsque la concentration est supérieure à 100 ppb. À des concentrations plus basses, l’effet est presque inexistant.

Est-ce dont utile d’acheter des plantes d’intérieur pour purifier l’air dans votre maison?

L’essai qui a été effectué dans un bâtiment réel a montré que la concentration de contaminants était toujours plus élevée à l’intérieur qu’à l’extérieur, indépendamment du fait qu’il y ait ou non des plantes.

Vous voulez purifier l’air dans votre maison? Alors ouvrez simplement la fenêtre chaque jour, ça reste plus efficace, même en milieu urbain.

Les plantes dépolluantes n’ont de sens que dans un bâtiment fermé, comme un immeuble de bureaux ou une maison éconergétique où les fenêtres ne peuvent pas être ouvertes. Et c’est efficace seulement quand la concentration de polluants est supérieure à 100 ppb.

Sources des image:

  • Philodendron bipinnatifidum: Propre travail